Dix incohérences du Rapport Carter-Ruck relatif à la torture et à l’exécution de 11.000 prisonniers en Syrie

franciaLe "Rapport sur la crédibilité de certains éléments de preuve relatifs à la torture et à l'exécution de personnes emprisonnées par le régime syrien" publié par le bureau d’avocats de Londres Carter-Ruck, est signé , au-delà de trois «juristes» (dirigés par Sir Geoffrey Nice , ancien procureur en chef du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie ), par deux médecins légistes anglais: Stuart Hamilton et Susan Black. Ce Rapport, déjà pris à la lettre (en plus d’ex organisations humanitaires) par les médias, est utilisé aujourd'hui pour saboter " Genève 2 ": la conférence internationale qui nous l'espérons servira à mettre fin à l'agression contre la Syrie . Un «classique» considéré comme un canular analogue à celui utilisé pour saboter " Genève 1 " en Juillet 2012.

Voici quelques points de notre analyse:

  1. Le Report attribue les crimes figurant sur les dix photos, au «régime actuel», se basant uniquement sur les déclarations de «Caesar» qui reste caché dans l'anonymat malgré le fait que le Report dise qu’ila déjà fui la Syrie avec sa famille. Les raisons de cet anonymat seraient la «sécurité» mais le Report révèle sa durée de service (13 ans ) comme «photographe de la police», détail qui permettra vraisemblablement aux autorités de Damas son identification rapide.
  2. Pour établir l'identité de «Caesar» et de son travail, selon le Report, il est fait mention de deux «documents d'identité» non spécifiés et des déclarations d’un soi-disant parent (lui aussi anonyme dans le Report), membre de l’Opposition syrienne. Aucun autre contrôle (par exemple, des entretiens avec despoliciers déserteurs présents en grand nombre à l'étranger) ne semble avoir été fait par les auteurs du Report.
  3. L’évaluation de la «bonne foi» de «Caesar» est confiée à trois entretiens, le dernier ayant eu lieu le 18 Janvier, c’est-à-dire à la date même de publication de la « version pour la presse » du Report comme le montre le nom du fichier posté sur le site de CNN.
  4. Il n'est pas crédible que le régime d’Assad ait réalisé une base de données photographiques compromettantes, pour le meurtre de 11.000 opposants, la laissanten outre à la merci d'un photographe de la police.
  5. Il n'est pas crédible qu’un photographe de la police ait été en mesure d'obtenir de ses collègues des milliers de photos d'opposants torturés et tués.
  6. N'est pas crédible l’affirmation du Report (pp. 6-7) selon laquelle la raison évoquée pour photographier des personnes exécutées «…était de permettre un certificat de décès à produire sans queles familles aient besoin de voir le corps, évitant ainsi aux autorités de donner un compte-rendu exact de leur mort». On ne voit pas pourquoi les autorités (au lieu de déclarer les prisonniers «desaparecidos», comme c'est le cas dans les régimes dictatoriaux) devraient montrer un certificat de décès («en raison de problèmes cardiaques et de crises respiratoires», p. 13) aux familles des 11000 tués en les poussant ainsi à demander le corps de leur proche et à constater les signes de torture et le meurtre.
  7. Toutes les photos publiées dans le Report cachent, à l’aide de rectangles noirs, l'identité des personnes tuées (note à la page 19) «pour des raisons de sécurité et de confidentialité les visages ou d'autres caractéristiques potentielles d'identification dans les photos ont été supprimées». Ce choix stupéfiant empêche de déterminer si les personnes tuées sont vraiment des «opposants» ou, par exemple, des gens tombés dans les mains des «rebelles syriens».
  8. La photo 4 montre des signes de strangulation faits, sans doute , avec la bande de plastique de la photo 5. Mais qui a mis sur le corps cette bande? Et pourquoi? La «police militaire» qui l’aurait torturé en prisonne peut certainement pas l’avoir oubliée (sinon, elle serait également dans la photo 4).
  9. Les photos 6, 7 et 8 montrent des gazes –la 6 sur le poignet semble les restes d'un bandage au bras (voir aussi la photo 7). La police, en Syrie, soigne les gens torturés avant de les tuer ?
  10.  La photo 3 montre, en haut à gauche, l'ongle d'une personne qui semble tenir le cadavre sur l'écran de façon à être mieux photographié. Une bizarrerie si c'était l'une des dizaines de milliers de «photos d’archive» destinées à être enfermée dans un coffre-fort. Mais si c’était, au contraire, une image pour alimenter les médias, c’est une autre histoire.

Les annales sont pleines de médecins légistes dupés par les Seigneurs de guerre. Peut-être le cas le plus célèbre est-il le meurtre de «civils innocents» à Racak, en Yougoslavie en 1999 , attesté par les plus grands médecins légistes appelés par l'ONU ; ensuite, une équipe de médecins moins nigauds a déclaré sans équivoque que les personnes anonymes tuées (à brûle pourpoint) pourraient bien être des «civils» ( même si le physique robuste commun à tous a fait place à d'autres hypothèses), mais il ne pouvaient certainement pas être considérés comme "sans défense " à en juger par l'examen avec le gant de paraffine (fait absurde : la première équipe de médecins ne l’avait pas pratiqué) qui a révélé des traces de poudre sur leur mains. Mais , alors , au moins il y avait des enquêtes de terrain , des débats passionnés sur des "preuves " controversées ou des circonstances qui pouvaient révéler une chose ou une autre … Rien de tout cela , dans l’ incroyable rapport Carter-Ruck.


La Rédaction de www.sibialiria.org
Pour une discussion plus complète du Report, voir l’article (en Italien): http://www.sibialiria.org/wordpress/?p=2128

Et pour notre analyse (en Italien) des mensonges ou nouvelles non vérifiéesconcernant l’attaque chimique à Ghouta:http://www.sibialiria.org/wordpress/?p=2117

Potrebbero interessarti anche...

valeria ha detto:

 

Grazie dell'articolo, per fortuna esiste ancora qualcuno che preferisce pensare con la  propria testa. Vorrei aggiungere alcune osservazioni alla foto  esposta in testa all'articolo, perchè il  corpo del ragazzo ha alcune caratteristiche che mi colpiscono:

1) Le sue gambe sono malformate, a mio modesto parere è una malformazione che risale alla nascita, se non antecedente addirittura. Sospetto che questo ragazzo non abbia  potuto mai camminare in vita sua per quanto sono curve le gambe dubito che abbia mai avuto una fortunata stabilità in posizone eretta. Non credo di sbagliare di molto. Come può aver combattuto, corso, camminato, essersi alzato questo ragazzo?

 

2) Il corpo è completamente  senza muscolatura, mi sbaglierò forse ma non credo abbia mai potuto muoversi perchè ad esempio i polsi sono  magrissimi e non hanno alcun segno di ribellione a una legatura. E' possibile secondo voi che durante la prigionia non abbia mai mosso le braccia per tentare di slegarsi o di ripararsi da chi  l'ha torturato ? Io temo non si tratti di un combattente, ma che si tratti di un ragazzo tetraplegico.

4) Lo penso anche perchè sul petto ha  quei brutti ematomi che gli ricoprono il tronco in striscie parallele. Io credo che sia stato imprigionato su un piano orizzontale con la contezione di una cintura o di una corda da cui ha tentato di liberarsi urtandovi addosso il tronco ripetutamente forse spingendosi con la  testa. Immagino questo perchè gli ematomi sono troppo uguali e paralleli corrispondere a delle frustate. Sembrano il furtto di un movimento  disperato, ripetuto dovuto se non ai tentativi di liberarsi dalla cintura o un'espressine di protesta e di rifuto di fronte a una situazione tragica a cui ha assistito inerme. Sono lesioni notevoli tali che dovrebbero aver  causato  fuoriuscite di sangue di cui invece non c'è traccia, come se fosse stato lavato.

5) Inoltre altre caratteristiche mi fanno pensare a un'amorragia interna. Ilcolore dei tessuti imbibiti di sangue dall'interno del corpo dicono questo. Ha avuto un' emorragia interna, probabilmente dovuta alla lacerazione di una parte del sistema circolatorio che contiene molto sangue come per esempio il cuore.  Durante detta lacerazione  mi viene da pensare che ci fosse qualcuno accanto a lui perchè il ragazzo è stato slegato e  girato sul fianco dx, forse addirittura gli sono state alzate le  gambe: penso questo perchè il sangue dell'emorragia interna ha riempito solo il tronco nella parte alta e sopratutto nella parte dx.  La chiazza chiara che riporta sulla spalla destra non ha permesso il passaggio del sangue nei tessuti di quell'area perchè il ragazzo vi era appoggiato. Ipotizzo che  sia  stato lacerato il cuore ( con uno sparo o con un arma da taglio ) anche perchè ditemi voi cosa  potrebbe mai nascondere la fascietta nera in quel punto.  Penso perciò che chi l'ha colpito l'abbia subito dopo slegato e girato sul fianco alzandogli anche le gambe, Contrariamnete l'emorragia   si sarebbe distribuita diversamnete.  Forse il pigiama è stato abbassato perchè non si baganasse nè di sangue nè dell'acqua con cui è stato lavato il corpo.

6) Forse il viso è stato coperto perchè blù in conseguenza dell'emorragia e della posizione post emorragia. Perchè è  stato nascosto?

7) I ragazzi fotografati in questa foto non hanno dei pantaloni, hanno dei pigiami con una fascia elastica.

 

Io non credo che i ragazzi ripresi in questa foto abbiano mai combattuto e forse nemmeno corso o camminato. Io credo siano state persone con disabilità motorie. Il tono muscolare completamente assente, gli ematomi tutti uguali e ripetuti probabilmente dovuti a una legatura al petto,  l'assenza di segni di colluttazione, l' assenza dai polsi di segni di un'instintiva ribellione fisica o per proteggersi,  le gambe malformate, i pigiami … l'emorragia interna, le parti del corpo nascoste mi fanno pensare così.

 

Spero di sbagliarmi, e non mi sento di commentare  tanta crudeltà perpatrata probabilmente su persone inermi.

 

Inoltre eccovi questo importante  dossier da divulgare:

http://www.barisdernegi.org/files/War%20Crimes%20Committed%20Against%20the%20People%20of%20Syria.pdf

War crimes commited aganist the people of Syria, Report of Peace Association of Turkey and Lawyers of Justice – December  2013

Il link qui sopra da ccesso a un dossier che vi prego di divulgare il più possibile:  non è affatto un caso se questo rapporto, di pacifisti turchi che testimoniano sui crimini di guerra perpetrati contro il popolo siriano, presentato all'Onu già a dicembre scorso ancora non si conosce e che non sia diventato famoso  come quello finanziato dal Katar , di cui fa parte la foto che ho commentato. A questo link troverete maggiori informazioni sul famoso dossier finanziato dal Katar, in cui è coinvolto anche Erdogan: http://mediawerkgroepsyrie.wordpress.com/2014/01/27/erdogan-klant-van-het-advocatenkantoor-dat-martelfotos-syrie-onthulde/

Da divulgare.

 

vale